Imprimer la page

P.C.1-R0 : Travaux des sols, supports de paysage – Caractérisation, amélioration, valorisation et reconstitution

Unep > Bonnes pratiques du secteur : les règles professionnelles > Les règles parues et à venir > P.C.1-R0 : Travaux des sols, supports de paysage – Caractérisation, amélioration, valorisation et reconstitution

Objet et domaine d’application

Les travaux de  préparation  des  sols  ont  pour  objectif  de  préserver, ressourcer et reconstituer des sols fertiles, vivants et  fonctionnels compatibles  avec  les  usages  prévus  par  l’aménagement et en
relation avec un sol existant, plus ou moins naturel. Ces   travaux
comprennent   notamment   les   travaux   de   protection  des  sols,
de  terrassement,  de  préparation  des  sols, supports de paysage. Ils
nécessitent de les connaître, au travers d’études adaptées le cas
échéant. Ne sont pas concernés par les travaux des sols et supports de
paysage  :

  • la mise en œœuvre des sols pour reconstituer des berges de rivière, des  zones  érodées  ou  des  travaux  de  reboisement  forestier (cf.  règles professionnelles  de  l’axe  4  relatif  aux  travaux d’aménagement et d’entretien des zones naturelles) ;
  • les supports de plantation spécifiques aux plantations sur dalle ou aux toitures végétalisées (cf. règles professionnelles de l’axe 3 relatif aux travaux de mise en œœuvre et d’entretien en végétalisation de bâtiments).

 Termes définis dans le fichier PDF

  • Fertilité : Fertilité physique, Fertilité chimique, Fertilité biologique
  • Sol en place
  • Terres ressources : Terre végétale et terre support, Terre de bruyère
  • Mélanges terre-pierres
  • Substrats de plantation circulables (ou substrats fertiles portant circulables)
  • Amendements organiques
  • Boues d’épuration urbaines : La valorisation des boues par “plan d’épandage”, La valorisation de matières fertilisantes homologuées ou normalisées, produites à partir de boues d’épuration
  • Préparation microbienne
  • Amendements minéraux : Amendements minéraux basiques, Amendements minéraux “granulaires”
  • Engrais
  • Caractérisation des sols en place : Profil pédologique, Tarière, Horizon, Granulométrie, Texture, Structure, Couleur, Porosité, Humidités caractéristiques et pF, Hydromorphie, Compacité, Portance, La perméabilité, Optimum Proctor, Propriétés mécaniques des matériaux terreux, Activité biologique, Matières organiques, Propriétés chimiques, Enracinement
  • Actions réalisées sur les matériaux terreux : Décapage, Andain, Foisonnement
  • Fond de forme

Présentation de la règle professionnelle « Travaux des sols et supports de paysage »

Préambule

Les  règles  professionnelles  recommandent  la  valorisation  des  sols  existants  pour  préserver  les  ressources  naturelles,  réduire  les  coûts  d’achat  de  terres  végétales  et  réduire  les  déplacements  engendrés  par  le  transport.  Ce  parti  pris  permet  en  outre  d’améliorer  le  bilan  économique  et  écologique du maître d’ouvrage du chantier. L’entreprise du paysage doit être en mesure de proposer des alternatives à l’apport de terres ressources extérieures au site, sous réserve d’une  caractérisation  qualitative  et  quantitative  des  sols en place.

Dans le cas où la valorisation des sols en place se substitue à un apport de terres, il est obligatoire de produire des études d’exécution avec l’appui d’un contrôle externe.

Valorisation du sol pour l’aménagement

Il  est  recommandé  de  chercher,  dans  un  premier  temps,  à  valoriser  le  sol  en  place  avant  de  rapporter  des  matériaux  exogènes.

En   fonction   de   la   nature   des   sols   en   place,   de   leur   caractérisation,  des  résultats  d’analyse  d’une  part,  et  des  aménagements  souhaités  d’autre  part,  les  sols  en  place  seront  conservés  ou  non.  Si  les  sols  en  place  sont  utilisés,  des  améliorations  pourront  leur  être  apportées,  soit  par  travail  du  sol,  soit  par  apport  d’amendements  organiques  et minéraux, et/ou aussi par drainage.

Vis-à-vis de l’environnement, la première stratégie est bien sûr préférable mais dans certains cas seule la seconde stratégie est envisageable. Il existe par ailleurs des stratégies intermédiaires  qui  reposent  sur  un  projet  d’aménagement  évolutif en fonction de la caractérisation et de la cartographie des sols.

Par  ailleurs,  lorsque  des  sols  en  place  de  qualité  sont  identifiés sur un chantier, il est parfois nécessaire de veiller à leur préservation vis-à-vis de la circulation et du risque de compactage. L’établissement  d’une  carte  des  ressources  en  matériaux  fertiles permet de synthétiser les informations relatives à la valorisation  des  sols  dans  le  cadre  d’un  aménagement. En  toute  hypothèse,  il  est  essentiel  que  le  sol  soit  rendu  agronomiquement favorable à l’aménagement. Des apports de  terres  ressources  peuvent  être  prévus  dans  ce  cadre.  Cependant,  si  la  qualité  et  la  quantité  des  sols  en  place  (cf. § 3.3) est suffisante, ils ne sont pas nécessaires.

Remarque : l’entreprise est susceptible de faire des préconisations si elle juge que les aménagements végétaux demandés par le client sont incompatibles avec la qualité agronomique du site.

Qualité des sols en place et des matériaux apportés

Principes généraux

La qualité des sols en place sur le site du futur aménagement doit être contrôlée par une connaissance du type de sol et de ses principales caractéristiques. Cette étude du sol a pour finalité de définir la fertilité du sol dans ses trois composantes (physique, chimique et  biologique). Cette  connaissance  est  indispensable pour orienter l’aménagement du site (choix des végétaux les plus adaptés, choix des emplacements des différents éléments paysagers,  planification  des  travaux  à  réaliser lors de l’aménagement puis lors de l’entretien, etc.).

L’état initial du site est ainsi caractérisé. En zone urbaine, un historique de la parcelle
peut être effectué pour connaître les usages antérieurs par l’homme.

Note : Il est nécessaire que l’historique du site soit porté à la
connaissance de l’entreprise, notamment si on soupçonne un site d’être contaminé (ancien site industriel par exemple) ou d’avoir un intérêt
archéologique.

Retrouvez la règle professionnelle « Travaux des sols et support de paysage » au complet en suivant le lien ci-dessous :

Miniature pdf
P.C.1-R0 Travaux des sols supports de paysage – Décembre 2012 15.99 Mb
Télécharger

Dans la même rubrique :