Imprimer la page

P.E.5-R0 : Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs)

Unep > Bonnes pratiques du secteur : les règles professionnelles > Les règles parues > P.E.5-R0 : Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs)

Objet et domaine d’application

Les travaux d’entretien des gazons concernent les gazons mis en œuvre par semis, par pose de rouleaux ou de plaques et par bouturage. L’entretien commence dès que la mise en œuvre est achevée. Il comprend donc notamment les travaux de parachèvement et de confortement.

Ne sont pas concernés par les travaux d’entretien des gazons :

  • les travaux d’entretien des gazons sportifs (cf. règles professionnelles P.E.6-R0 « Travaux d’entretien des sols sportifs ») ;
  • les spécificités des travaux d’entretien des gazons mis en œuvre sur toitures et terrasses végétalisées ;
  • les soins aux plantes avant leur plantation.

Afin de vérifier la bonne exécution du travail, les règles professionnelles P.E.5-R0 « Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs) » comprennent des points de contrôle internes et contradictoires.

Termes définis dans le fichier PDF

  • Pelouse ou gazon
  • Typologie des travaux : Travaux de parachèvement, Travaux de confortement, Travaux d’entretien courant
  • Opérations propres à l’entretien des gazons : Aération, Arrosage, Broyage, Décompactage, Découpe des bordures, Défeutrage / Régénération, Fertilisation, Mulching, Regarnissage, Roulage, Sablage et terreautage, Scarification, Tonte, Top-dressing
  • Termes techniques des gazons : Feutre, Prophylaxie, Tallage
  • Le matériel : Aérateur, Aspirateur, Balayeuse, Pulvérisateur, Rouleau, Scarificateur, Souffleuse, Tondeuse
  • Amélioration de la fertilité des sols : Amendement, Amendements organiques (source : NF U44-051), Amendements minéraux, Engrais
  • Soins phytosanitaires : Substances actives, Adjuvants, Certificats individuels, Agréments phytosanitaires

Présentation de la règle professionnelle « Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs) »

Objectifs de l’entretien en fonction de la typologie des gazons et pelouse

S’il s’agit avant tout de permettre au végétal de rester en  bonne santé, l’entretien des gazons consiste aussi souvent  à  trouver un  compromis  entre le coût  de  l’entretien et les objectifs  de résultats souhaités (tenant compte de l’utilisation des zones aménagées et de leur situation).

Dans le cadre de la gestion différenciée des espaces, il est utile de se référer à des catégories types de gazons et pelouses.  La typologie  proposée  dans les  règles  P.C.4-R « Travaux de mise en œuvre des gazons (hors sols sportifs) » et reprise dans ces règles est un exemple de typologie parmi d’autres. Elle comporte les gazons d’ornement, les gazons d’agrément, trois classes de pelouses alternatives extensives et les pelouses fleuries (cf. tableau 1).

Diagnostic préalable

Un diagnostic préalable à l’intervention permet d’étudier le gazon à entretenir afin de  déterminer les  opérations les plus adaptées à la fois à son état, son utilisation et sa situation. La réalisation de ce diagnostic préalable permet en outre d’établir un contact personnalisé avec les clients en partageant avec eux les informations qui guideront les choix effectués par l’entrepreneur du paysage.

Ce diagnostic permet d’établir un devis adapté aux besoins du client.

Remarque : le diagnostic préalable est effectué en amont, au sein de l’entreprise, pour permettre aux intervenants de bien s’imprégner du contexte
environnemental. Il n’est pas obligatoire de formaliser cette analyse, ni de la
restituer au client.

Le  diagnostic  préalable peut  être  complété par  des diagnostics  complémentaires  lors des  interventions  de l’entreprise du paysage (exemple : dans le cas d’un contrat ou d’un devis relatif à l’entretien d’un gazon ne comprenant pas d’opération de gestion des nuisibles, le développement de maladies amène l’entreprise à proposer la mise en œuvre de solutions de gestion de celles-ci).

Les opérations d’entretien

Le contrat ou le devis relatif à l’entretien des gazons précise si l’entreprise du paysage doit réaliser les opérations citées ci-après et à quelle fréquence. Si telle ou telle opération n’est pas mentionnée dans le contrat ou le devis, l’entreprise du paysage  n’est  pas tenue  de la réaliser.  L’entrepreneur du
paysage doit en revanche dans tous les cas assurer son devoir de conseil et
alerter son client lorsqu’il estime que le résultat souhaité ne pourra pas être atteint  dans  les conditions définies dans le contrat ou dans le devis. Le contrat ou le devis sont établis après un diagnostic effectué par l’entrepreneur du paysage de l’état du gazon et en fonction des attentes du client.

Aération

Cette opération est réalisée en conditions pédoclimatiques favorables
(sols ressuyés et porteurs) et en fonction de la configuration du terrain.

Remarque : cette opération est réalisée suivant la possibilité d’utilisation  du
matériel  d’aération  et en fonction de la configuration du terrain. Cette opération est déconseillée en période estivale, le risque de dessèchement
du système racinaire étant trop important.

Arrosage

La quantité d’eau distribuée doit tenir compte des besoins des végétaux (évapotranspiration),  des conditions climatiques (vent, ensoleillement et température) et aussi du taux de percolation des sols.

La fréquence des arrosages est dictée par deux principes : l’épaisseur et la nature du sol à humidifier, les interventions préventives.

Les  fréquences  associées aux  doses  d’arrosage doivent permettre  d’apporter  une quantité  d’eau  suffisante pour permettre  un  bon développement  du  système racinaire, sans excédent toutefois.

Remarque : la  mise  en  œuvre des systèmes  d’arrosage automatique  est décrite en  détail dans  les  règles professionnelles P.C.7-R0  « Travaux de mise en  œuvre des systèmes d’arrosage automatique ».

Si  les  précipitations  naturelles ne  suffisent  pas, il  est nécessaire  (pour le  gazon  d’ornement) et  recommandé (pour le gazon d’agrément) d’arroser.

L’arrosage des surfaces engazonnées est en général effectué par aspersion, grâce à un système d’arrosage automatique.

L’arrosage doit s’adapter au contexte du site et répondre aux trois paramètres suivants :

  • la fréquence (quand arroser) ;
  • la dose (la quantité d’eau à apporter) ;
  • la durée (le temps d’arrosage).

Les besoins théoriques en eau d’une pelouse engazonnée (A) résultent de la différence entre les apports naturels par la pluie (P) et la réserve du sol (R) d’une part, la demande en eau (ET ou évapotranspiration) et les pertes par ruissellement et drainage (D) d’autre part.

Retrouvez la règle professionnelle « Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs) » au complet en suivant le lien ci-dessous :

Miniature pdf
P.E.5-R0 Travaux d’entretien des gazons (hors sols sportifs) – Janvier 2015 1.30 Mb
Télécharger

Dans la même rubrique :