Imprimer la page

Entretien des arbustes

Unep > Inspirations jardins > L’entretien du jardin > Entretien des arbustes

Les arbustes à fleurs ou à feuillage décoratif composent souvent la structure de nos jardins. Plantés dans de bonnes conditions dans un sol adapté à leurs besoins, ils prospèrent. Un entretien au minimum annuel leur assure un développement plus régulier et une plus longue durée de vie. Les tâches à effectuer sont les suivantes :

Quand tailler un arbuste ?

La période de taille d’un arbuste ainsi que la façon dont on procède dépend de l’espèce, de son cycle de croissance et de sa période de floraison. Il est donc conseillé de se renseigner sur les besoins de chaque arbuste pour ne pas faire d’erreur. Les arbustes ayant subi des dégâts dus au gel, au vent, aux tempêtes ou à des chocs divers doivent également être taillés pour retrouver une ramure équilibrée et éviter l’apparition de maladies cryptogamiques.

Les paysagistes connaissent toutes ces spécificités, confiez-leur la taille des arbustes, qu’ils soient à fleurs ou à feuillage décoratif.  

  • Sur de nombreux arbustes à fleurs caducs, la taille intervient après la floraison de ceux épanouis au printemps ou en fin d’hiver pour les arbustes à floraison estivale. Il est parfois également nécessaire de rajeunir l’arbuste en coupant au ras du sol les tiges les plus âgées. Dans ce cas, le rajeunissement est mené sur plusieurs années pour éviter une ramure trop maigre et une floraison trop parsemée.
  • La taille des arbustes à feuillages décoratifs s’effectue en fin d’hiver pour les caducs, au printemps une fois les gelées passées ou en début d’automne pour les persistants.  
  • La taille des arbustes conduits en topiaires répond à des règles précises déterminées selon l’espèce. Là aussi les professionnels du paysage peuvent vous aider en se chargeant de ces tailles.

L’arrosage

L’arrosage des arbustes dépend du terrain dans lequel ils sont plantés et de l’adéquation de leurs besoins avec la nature du sol. Mais de façon générale, un arrosage pendant toute la première de plantation et souvent la seconde, est nécessaire. 

  • Quand les arbustes sont plantés au printemps, ils bénéficient des pluies de la saison. Mais très vite, et parfois même dès la plantation quand le printemps est trop sec, un arrosage régulier doit être prévu pour assurer la reprise de l’arbuste et faciliter son installation dans son nouvel environnement. Le premier été est souvent la période la plus critique dans le processus de reprise. 
  • Les arbustes plantés en automne ont moins besoin d’arrosage. Ils profitent des pluies automnales puis entrent en repos (pour les caducs) ou en semi-repos (les persistants) en hiver et redémarrent leur croissance au début du printemps suivant. Ils auront tout de même besoin d’un arrosage en été bien qu’ayant déjà leurs racines développées. 
  • Ensuite, leur développement racinaire doit permettre à ces plantes de trouver seules l’humidité dans les différentes couches de sol, à condition d’être plantées en pleine terre. En effet, les arbustes de balcons et terrasses cultivés en pots et en bacs ont besoin d’un arrosage permanent, car ils n’ont pas assez de terre à disposition pour se contenter des pluies.  

Le paillage

Le paillage du jardin et plus particulièrement de vos arbustes est important. En effet, effectué à la plantation des arbustes, il protège le sol de l’érosion et de la sécheresse. On le complète au fil des mois, ou au minimum une fois dans l’année. Quand ce paillage est organique, ce qui est préférable pour nourrir le sol et éviter les carences en éléments nutritifs, celui-ci se décompose jour après jour et s’incorpore peu à peu dans le sol. A chaque fois que l’on broie des déchets de coupe, par exemple lors des tailles de printemps, ces déchets formeront un complément idéal. 

Les constituants de ce paillage organique varient selon ce qui est disponible au jardin (déchets de coupe, résidus de tontes, feuilles sèches…) et dans la région comme matières organiques vendues pour cet usage (BRF de peuplier, copeaux de scieries et autres).     

Le paillage minéral protège moins le sol de la levée des adventices et ne profite pas à la nature du sol. Sa fonction reste en priorité esthétique. Il faut aussi le compléter régulièrement. 

L’apport de compost

Le paillage organique se substitue souvent à l’apport de compost puisqu’il est constitué des mêmes matières que l’on met au compost. Mais dans le cas d’un paillage avec une seule matière, comme les écorces broyées, ou d’un paillage minéral, il est important d’enrichir le sol en automne avec une couche de compost déposée au pied des arbustes. Bien décomposé, ce compost est fin et s’apparente à du terreau. A demi décomposé, il comprend encore des morceaux bien repérables de matières végétales. 

L’effleurage

La suppression des fleurs fanées de certains arbustes permet de moins solliciter les réserves de la plante. Elle ne s’épuise ainsi pas à produire des fruits. Mais le plus souvent, cet effleurage est déconseillé quand la fructification est décorative et dure plusieurs mois comme sur les rosiers à fruits ou sur les viornes. En revanche, enlever les fleurs fanées sert à diminuer les risques de développement de maladies ou les infestations de parasites, comme sur les rosiers qui ne produisent pas de fruits. 

Pour l’entretien de vos arbustes, faites confiance à une entreprise du paysage. Elle a les compétences et le matériel professionnel approprié.