Imprimer la page

Plantation des vivaces

Les plantes vivaces offrent de nombreux avantages dans les jardins actuels quand on souhaite limiter le budget de renouvellement des végétaux et le travail de plantation associé à ce renouvellement. A  l’achat, elles sont d’un coût parfois un peu plus onéreux, surtout quand elles sont en conteneur, mais elles se révèlent plus avantageuses au fil des années.

Les espèces vivaces ont également moins besoin d’arrosage et d’apport d’engrais que les espèces annuelles destinées à l’ornement. Elles entrent dans les bonnes pratiques à mettre en œuvre dans le cadre des jardins écologiques, privés ou publics, plus économes en moyens et en ressources utilisées.

Ces plantes sont depuis très longtemps les plus employées dans la composition des mixed-borders anglais. Aujourd’hui, elles constituent une palette de base importante pour les massifs, bordures et végétalisations des différents styles de jardins, qu’ils s’agissent de jardins urbains, de jardins contemporains, de jardins aromatiques, de jardins secs, de jardins japonais, de jardins zen ou de jardins méditerranéens.

Plantes vivaces

A savoir pour la plantation des vivaces

Une plante vivace repousse chaque année à partir de sa partie souterraine. Un an lui est nécessaire pour qu’elle accomplisse son cycle végétatif complet, et à la différence des plantes annuelles, elle ne meurt pas après la fin de ce cycle. Au contraire, elle produit de nouvelles pousses et le cycle recommence. Ces espèces ont ainsi à leur disposition plusieurs moyens de se multiplier, soit par leurs racines, rhizomes, bulbes ou encore tubercules, soit par leurs graines.

La durée de vie de cette partie souterraine d’une plante vivace est plus ou moins longue et peut varier de 3-4 ans à plusieurs dizaines d’années.

Une plante vivace peut être caduque ou persistante.

Dans le premier cas elle perd son feuillage et l’ensemble de ses parties aériennes, se flétrit en automne ou sèche sur pied (par exemple chez les graminées).
Lorsqu’elle est persistante, elle conserve ses parties aériennes toute l’année et reste décorative en hiver. A cette période, certaines feuilles s’abîment sous l’effet des intempéries, en particulier celles de la périphérie et celles qui touchent le sol, mais le reste de la plante résiste si elle est adaptée au climat de la région.
Selon la situation géographique du jardin, il faut donc choisir les espèces persistantes en accord avec le climat local. Cela vaut également pour les vivaces caduques, mais dans une moindre mesure car les parties souterraines peuvent être protégées du froid par un paillis épais. L’aménagement de jardin prendra en compte la place des vivaces caduques et persistantes  en disposant ces dernières de façon à animer les massifs et allées à chaque période de l’année.

plante vivace

Comment utiliser les plantes vivaces ?

L’utilisation des plantes vivaces dans la création de jardin ou d’espaces verts est conseillée pour pérenniser l’aménagement.
Les plantes vivaces, comme toutes les autres plantes d’ornement, ont chacune des préférences en matière d’exposition et de nature de sol. Le respect de leurs besoins conditionne la réussite de la plantation. Plus elles seront adaptées au lieu, mieux elles se développeront.

L’aménagement d’un jardin avec des plantes vivaces demande une bonne réflexion de départ quant au choix de leur emplacement et à leur nombre selon les critères suivants :

  • Ces plantes restent au même endroit en s’étoffant chaque année. Il est donc nécessaire de prévoir l’ampleur qu’elles prendront et l’espace dont elles auront besoin.
  • Les distances de plantation, entre les vivaces et par rapport aux autres plantes, doivent être bien gérées pour laisser à ces plantes l’opportunité de bien se développer.
  • La croissance en hauteur est à prévoir également : les vivaces arrivent à leur taille maximale au bout de deux ou trois ans, voire plus pour certaines espèces de grand développement.

Penser à cette évolution et à l’envergure future dès le départ est difficile pour quelqu’un qui n’en a pas l’habitude. L’erreur courante est de planter trop serré, sauf si l’on souhaite dès la première année obtenir un massif visuellement attrayant ou une bordure très fournie. Dans ce cas il faudra, l’année suivante ou deux ans plus tard, éclaircir la plantation en enlevant certains pieds pour les transplanter ailleurs. La division des touffes est également une solution pour aérer le massif au bout de 2 à 3 années. Cette division entre dans les règles d’entretien du jardin.

Un entrepreneur du paysage est habitué à ce type d’exercice, il saura composer les massifs en associant les espèces à l’emplacement qui leur convient.

Plante vivace

Les règles de la plantation des vivaces

La plantation a lieu de préférence au printemps ou en automne afin de favoriser la reprise à l’aide des pluies de saison. Elle suit des règles simples.

Pour les plants en conteneur

1. Tremper le conteneur quelques minutes dans une bassine d’eau afin de bien humidifier la motte.
2. Sortir le conteneur de l’eau et laisser la motte se ressuyer (attendez qu’il n’y ait plus d’eau qui s’écoule quand vous soulevez le pot).
3. Pendant ce temps, creuser le trou de plantation. Il sera deux fois plus large et profond que les dimensions du conteneur si le sol est compact. Cela permet de bien ameublir la terre tout autour de la motte et ainsi de favoriser la pousse rapide des racines et radicelles hors de celle-ci. En sol meuble, le trou sera juste un peu plus grand que la taille du conteneur.
4. Dépoter avec précaution en penchant le conteneur pour ne pas casser la motte.
5. Placer la motte dans le trou, calée sur un petit monticule de terre pour que sa surface arrive au niveau du sol.
6. Reboucher avec la terre sortie du trou mélangée à du terreau.
7. Tasser à la main et arroser copieusement.

Pour les plants achetés en godets

1. Humidifier la motte puis laisser l’eau s’écouler.
2. Dépoter le godet en pinçant le fond et en renversant la plante dans l’autre main, doigts écartés pour ne casser ni la motte ni les tiges.
3. Creuser un trou équivalent à la taille du godet et disposer la motte dans ce trou.
4. Reboucher avec la terre sortie du trou, tasser à la main et arroser.

Astuce
Le paillage du sol après la plantation permet de préserver plus longtemps le sol de la sécheresse, et ainsi d’espacer les arrosages. Il empêche les adventices de s’immiscer au milieu des jeunes plants et de les concurrencer.

Bon à savoir

A l’achat, les plantes doivent être en bon état et ne pas présenter de tiges cassées, de feuilles malades, de parasites visibles. Il faut également veiller à ce que les racines ne sortent pas des pots. Cela indique en effet que la plante est en souffrance dans un conteneur trop petit et qu’elle n’a pas été rempotée à temps. Pour les vivaces achetées en godets, le problème ne se pose pas en général puisqu’elles sont proposées à la vente très jeunes. Mais l’aspect général de la plante doit quand même être examiné de près.