Imprimer la page

Créer une allée de jardin

Les allées prennent une importance considérable dans l’aménagement de jardin, du fait de leur utilité.  Elles participent à l’ambiance générale, et en apportent des éléments de composition qui modifient la perception de l’ensemble du jardin. Parfois même, l’allée concentre à elle seule le parti-pris créatif mis en scène dans le jardin, par son revêtement, son dessin ou la perspective qu’elle engendre. Créer une allée de jardin n’est donc pas neutre puisqu’il faut à la fois l’aménager pour qu’elle remplisse son rôle d’espace de circulation, tout en pensant à son rôle décoratif et structurel.
Enfin, et sans doute le plus important, l’allée oriente le promeneur et permet tous les points de vue sur le jardin : elle est au centre de la mise en scène.

Allée de jardin

Comment créer une allée de jardin ?

Pour se déplacer d’un point à un autre du jardin, plusieurs types d’allée s’envisagent. Le tracé, la longueur et la largeur, le revêtement et l’habillage de pourtour sont les points importants qui guident cette création.

Déterminer la fonction de l’allée

Une allée de jardin sera le moyen de parcourir et traverser cet espace extérieur. Elle peut également offrir l’opportunité de découvrir la composition des massifs, les floraisons, les évènements naturels qui rythment la vie de l’espace jardiné au fil des saisons. Chaque typologie d’allée se conçoit ainsi sous des angles différents.

  • L’allée principale a pour fonction de relier la rue à la maison. Dans tous les styles de jardin, elle doit permettre à plusieurs personnes de marcher de front, sur environ 1,60 m de largeur. Selon le parti-pris de style, et l’architecture de la maison, cette largeur évolue, mais ne descendra pas en-dessous d’1,20 m et ne doit pas non plus paraître disproportionnée en étant trop large. Elle reste accessible pour un passage piéton et celui des vélos.

Bon à savoir : une allée piétonne se réalise souvent sur 10 à 20 cm de fondation selon le type de sol. Pour daller ou paver, il faut y ajouter un lit de pose en sable de 3 à 7 cm d’épaisseur environ. Les joints sont maçonnés ou non, si possible en matériaux drainants pour favoriser l’infiltration de l’eau de pluie.

  • L’allée d’accès au garage se positionne en général sur le côté, ce qui permet de contourner l’espace jardiné. Elle est de la largeur d’une voiture, voire davantage mais ne doit pas prendre un espace démesuré par rapport au reste du jardin. Elle peut aussi se confondre avec un espace de parking où les voitures stationnent. Comme elle supporte des véhicules motorisés, sa réalisation suit des règles strictes.

Bon à savoir : une allée carrossable fait environ 4 m de large. Elle supporte la charge d’une voiture quand elle dispose d’une assise résistante.

  • Les allées qui cheminent entre les massifs, ou délimitent des parterres comme dans les roseraies classiques, les jardins de curé, les petits jardins urbains, font couramment entre 50 cm et 1 m de large, pour qu’une personne puisse passer sans empiéter sur les plantations. Entre des haies, la largeur minimale peut-être de 80 cm car elle est prise au niveau des épaules du marcheur. La conception de ces petites allées varie en fonction du style du jardin, des plantations qui les bordent ou de la partie du jardin qu’elles font découvrir. Elles ont l’avantage de focaliser l’attention sur une scène, un aménagement particulier comme un arceau, une pergola, des mixed-borders thématiques, une collection de plantes….
  • L’allée qui traverse la pelouse peut prendre l’aspect de pas japonais pour avoir le moins d’emprise possible sur l’espace engazonné. Elle s’intègre alors au ras du sol et ne dépasse pas la largeur des dalles qui sont posées. Celles-ci peuvent toutefois être de petit, moyen ou grand formats, proportionnés selon la superficie de la pelouse.
  • Les allées du potager font généralement au minimum 50 cm de large, de façon à laisser passer une brouette, se tourner et se baisser sans être gêné. Elles sont différentes des passe-pieds qui permettent de marcher entre les cultures sans  marcher sur la terre. Ces derniers, en rouleaux de caillebotis en bois, simples planches ou en pavés, ne font que la largeur d’un à deux pieds.

Tracer l’allée

Si l’on privilégie le caractère pratique de l’allée, le plus court chemin entre deux points peut sembler toujours préférable. Dans cette optique, le tracé de l’allée est droit. C’est souvent le cas pour les allées principales reliant l’entrée du jardin à la maison.  Le parcours est plus rapide, il ne demande pas une attention spéciale et se repère facilement la nuit. Le tracé droit a également une valeur paysagère forte dans les aménagements de jardin privilégiant la perspective, la symétrie et les parterres régulièrement ordonnés.

Une allée courbe, plus ou moins sinueuse, donne d’autres occasions de canaliser le regard du promeneur tout au long du cheminement, de ménager des surprises Le choix de la forme à donner au tracé dépend aussi  du style du jardin, de sa superficie et de la division de l’espace en différentes parties.
La marche sera moins rapide sur ce type de tracé, qui joue sur les ambiances de la promenade.

Allée de jardin

Choisir le revêtement

Là encore, les possibilités sont nombreuses, à la mesure du budget engagé pour l’aménagement du jardin. Toutefois, l’aspect pratique doit primer.
Un sol compacté est peu onéreux, mais il peut être mal drainé, ou présenter des ornières au fil des passages et des intempéries, s’il a été mal conçu ou entretenu.
Un sol revêtu de dalles, pavés ou briques est plus durable, à condition que ces matériaux soient posés dans les règles de l’art et que les joints favorisent une bonne infiltration de l’eau de pluie. Il faut garder à l’esprit que plus la superficie imperméable est importante, plus le sol en-dessous s’appauvrit en organismes vivants et devient stérile. L’équilibre écologique des lieux sera mieux préservé avec une surface perméable.
Une couverture en graviers, cailloux polis, paillettes d’ardoise offre un intermédiaire un peu moins coûteux au départ, si l’on pense à placer dessous un feutre géotextile, pour empêcher l’enfoncement rapide des granulats dans le sol.
Les paillis de noyaux de fruits (pêche, abricot), d’écorces broyées, de cèdre rouge (red cedar) sont encore peu utilisés, mais ils tendent à se développer dans les jardins écologiques et sont appropriés dans tous les styles de jardin pour créer de petites allées décoratives conduisant à des scènes particulières. Ces allées sont aussi légèrement décaissées afin que le paillis ne s’éparpille pas partout, et celui-ci se pose aussi sur un feutre géotextile.
Les allées engazonnées sont un parti-pris intéressant quand on a du temps à consacrer à la tonte. Ces allées toujours vertes mettent encore plus en valeur les massifs et le dessin du jardin, elles font totalement partie de l’espace jardiné. Elles seront semées avec un gazon très rustique.
Sur la voie d’accès au garage, un revêtement en dalles de « béton vert » ou en dalles alvéolées végétalisées permet également d’intégrer rapidement l’allée à son environnement jardiné, car il laisse le gazon pousser et le recouvrir. Plusieurs modèles sont proposés par les fabricants de matériaux.
Prenez conseil auprès d’une entreprise du paysage le choix d’un revêtement, sa pose et celle des bordures si besoin font partie de ses compétences et savoir-faire.

Habiller l’allée

L’habillage d’une allée de jardin se fait avec des bordures minérales ou végétales au premier plan. Côté plantes, des vivaces en coussins autant que des lavandes ou banquettes de buis assurent ce rôle de bordure, ainsi que d’autres végétaux bien adaptés au sol en place. Avec des bordures minérales, le tracé sera plus ordonné et s’entretiendra plus facilement.

Au second plan, l’habillage passe par une réflexion sur les scènes que l’on veut valoriser : avec une allée sinueuse, des végétaux de hauteurs différentes, plus ou moins éloignés, accapareront le regard au fil du parcours s’ils sont disposés selon un plan visant à animer ce dernier. Avec une allée rectiligne, le regard sera attiré par la perspective, par la répétition d’un élément décoratif, qu’il soit végétal ou non, par des effets de couleurs, des matériaux originaux ou un dessin au sol.
Enfin, l’éclairage des allées, surtout celles que l’on emprunte quotidiennement, se révèle indispensable. Un balisage est un minimum, afin de repérer le tracé et l’endroit où l’on marche. Une mise en lumière plus élaborée apportera une dimension supplémentaire à la décoration des lieux.
L’intervention d’une entreprise du paysage vous aidera, au niveau de la conception, de la réalisation et de l’éclairage de vos allées de jardin.