Imprimer la page

Le jardin japonais

Dans les styles de jardin, la création d’un jardin japonais prend une place à part tant cet art asiatique a séduit les jardiniers européens depuis de nombreuses décennies et intéresse toujours autant aujourd’hui. Plus qu’un effet de mode, le jardin japonais est en effet la transcription d’une philosophie basée sur le parallèle entre les forces de la nature et notre trajet de vie en tant qu’humain faisant partie intégrante de la vie sur notre planète.

Jardin Japonais 1

Qu’est-ce qu’un jardin japonais ?

L’observation de la nature et sa réinterprétation à l’échelle réduite d’un jardin constitue le socle de la conception. Celle-ci doit ensuite inciter à la contemplation pour réfléchir sur le sens de la vie en puisant dans les éléments présents qui symbolisent à la fois la pérennité de la nature et ce qu’elle a à nous apprendre lors de notre passage sur terre.   

Tous les éléments du jardin japonais sont donc régis par des règles et des codes inhérents à cet art oriental, assez difficiles à appréhender par les européens. En dehors des maîtres jardiniers japonais, chacun peut toutefois réinterpréter à sa façon ce type de jardin, le but de la création étant de parvenir à un lieu harmonieux, empreint de sérénité, qui donnera l’impression d’avoir été forgé par la nature au fil des ans.   

Les caractéristiques du jardin japonais

Le jardin japonais se compose de plusieurs parties dont les plus connues sont le jardin de thé, le jardin sec ou jardin de contemplation, le jardin de mousses. Il peut être orné par des statues, des lanternes en pierre, un portique peint (Tori) et animé par des poissons (carpes koï). Il comprend un certain nombre d’éléments caractéristiques tels que :

  • Des pierres récoltées dans la nature. Leurs dimensions doivent être en rapport avec la superficie du jardin. Dans les grands jardins, elles prennent la forme de rochers.
  • De l’eau ou une étendue de sable ratissée, symbolisant une rivière, un étang, un lac, la mer…
  • Des végétaux aux formes très architecturées ou dont la ramure est naturellement stylisée et dont la croissance est très lente. Ce sont principalement des arbustes ou petits arbres, par exemple des pins et des érables du Japon.
  • Quelques arbustes à floraisons remarquables, tels que les azalées et les glycines japonaises.
  • D’autres arbustes taillés en nuage, en vagues, ou de façon à leur donner des formes rencontrées dans la nature quand le vent et les aléas climatiques les soumettent à de fortes pressions et les sculptent au fil des ans. Ils prennent alors des allures tortueuses, asymétriques, très denses et plutôt naines.  
  • Des bambous, vivants ou en matériaux d’ornement, symboles de l’éternité et du renouvellement perpétuel en Asie.
  • Des surfaces couvertes de mousses toujours vertes.
  • Des pas japonais traversant le plan d’eau, l’étendue sableuse, ou permettant de faire le tour du jardin pour observer tous les détails du jardin sans devoir marcher à l’intérieur et troubler l’ordre établi.
  • Un pont dont la forme très simple doit s’intégrer parfaitement avec les lignes directrices du jardin. Ce pont est soit arqué, soit plat comme une passerelle sur pilotis.

De multiples autres caractéristiques peuvent être recensées, car l’art du jardin japonais fait en réalité référence à différents styles établis à plusieurs périodes de l’histoire du Japon. Pour simplifier les choses, les occidentaux réduisent souvent le jardin japonais à la seule partie du jardin sec, et l’appellent aussi communément jardin zen. Mais le jardin zen reste une création contemporaine qui associe des lignes et des formes épurées avec des plantes graphiques sur un fond de graviers colorés ou paillettes d’ardoise et n’a pas de lien direct avec l’art des jardins japonais traditionnels.

Comment créer un jardin japonais ?

Les jardins japonais se créent aussi bien dans les jardins urbains, petits jardins et patios, que dans les grands espaces. Il suffit d’adapter la conception à la superficie disponible. Plus l’espace sera grand, plus il pourra y avoir de parties différentes, par exemple séparées par des rochers et bosquets, ou reliées par un parcours d’eau.

Le principe de création réside dans la reproduction d’un paysage naturel en modèle réduit, avec ses reliefs, ses cours d’eau, ses îlots, ses chemins.

  • Pour symboliser les reliefs, on dispose des pierres par groupes de trois ou cinq, en nombre impair. On peut aussi avoir une seule pierre représentant une montagne. 
  • Les végétaux seront en majeure partie persistants. Taillés en vagues, en coussins ou en nuages, ils illustrent le travail du vent sur les paysages. Toutes les formes taillées s’appellent Niwaki.
  • La plus grande surface au sol sera couverte par des plantes tapissantes de faible hauteur et d’aspect uniforme, comme des mousses. De cette étendue, on fera émerger quelques arbustes plus hauts et taillés dont les formes se répondent ou restent équilibrées entre elles pour offrir une régularité apportant un sentiment de sérénité.
  • Les chemins seront bordés de petites barrières en bambous, ou simplement figurés par des graviers,
  • Le jardin sec (Karesansui) évoque l’eau grâce à des sillons tracés de façon régulière à l’aide d’un râteau en prenant soin de contourner harmonieusement les îlots de pierres. Cette partie comprend en général très peu de végétaux, seulement 1 ou 2 remarquables tels qu’un érable du Japon prostré ou un pin nain taillé, entourés de mousses et de fougères. Le sable sera épandu sur un feutre géotextile de façon à éviter son enfoncement progressif dans le sol et son mélange avec la terre en place.
  • Une fontaine traditionnelle (Shishi odoshi) constitue souvent le cœur d’un petit jardin japonais. Elle sera composée d’une pierre creuse et d’un tube en bambou qui se remplit progressivement puis vient taper la pierre quand l’eau se déverse. Autour, quelques mousses et fougères complètent le décor. Souvent, on entoure également cette fontaine de galets, quand elle fonctionne en circuit fermé, pour symboliser l’eau qui s’écoule et rejoint la rivière.
  • Un autre type de jardin japonais peut se créer en formant une rocaille animée par une cascade qui prendra place sur un fond d’arbustes taillés en transparence. L’eau arrivera dans un bassin au pied de la rocaille animé par quelques poissons. Tout autour, mousses et fougères serviront de décor naturel.
  • Le calme émanant de l’endroit transformé en jardin japonais sera propice à la méditation ainsi qu’à l’observation de la vie de la nature, que cela soit le ballet des gouttes d’eau tombant sur les feuilles quand il pleut ou celui des oiseaux venant boire dans le bassin. 
Jardin Japonais 2