Imprimer la page

L’attractivité des métiers : Des professionnels qui s’engagent

Unep > Actualités – Les entreprises du paysage > Communiqués de presse > L’attractivité des métiers : Des professionnels qui s’engagent

Publié le 27 octobre, 2021 à 10h19 , mis à jour le 29 octobre, 2021 à 14h55

Pour Vincent Liorzou, entrepreneur du paysage et acteur engagé dans l’emploi et la formation au sein de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage en Normandie, l’attractivité du secteur du paysage est en déclin.

Aujourd’hui, sur le secteur agricole et plus particulièrement sur le paysage, on constate un déficit d’image notamment dû à une méconnaissance de nos métiers. Les nouvelles générations semblent très peu informées sur les métiers dit « manuels ». Par exemple, les a priori et préjugés sur le secteur du paysage sont encore très rependus dans notre société.

Les jeunes générations sont très tournées vers tout ce qui est digital. Ils baignent depuis leur plus jeune âge dans la technologie, les ordinateurs, tablettes ou bien smartphones. Ces mêmes jeunes se dirigent donc plus facilement vers des métiers en lien avec le digital ou vers des métiers déjà bien connus et visibles dans notre société.

Or nous avons évolué : les métiers du paysage sont aujourd’hui bien plus techniques et technologiques qu’on ne l’imagine et demandent des compétences et des connaissances pointues. En outre, nous répondons parfaitement à la quête de sens au travail de plus en plus recherché. L’enjeu de demain est donc de faire évoluer les mentalités en communiquant sur nos métiers et la dimension écologique et environnementale de notre filière.

Le rôle des chefs d’entreprise dans cette évolution

Afin de faire évoluer les mentalités et connaître nos métiers, les chefs d’entreprise comme les collaborateurs doivent se mobiliser. Le changement ne va pas s’opérer tout seul et nous devons donc être moteurs ! Qui de mieux que nous, professionnels peuvent parler de nos métiers ? Les professionnels peuvent contribuer à leur échelle en véhiculant une image positive de l’entreprise et de leurs activités mais également en s’inscrivant dans des projets et dispositifs régionaux.

Lorsque l’on s’implique dans une cause comme celle-ci, on est amené à être en contact avec d’autres interlocuteurs du secteur et cela contribue à la notoriété de l’entreprise, mais également à notre propre montée en compétences puisque l’on s’informe sur de nombreux sujets qui sont très souvent d’actualité .

S’engager dans le secteur, un rôle majeur

Aujourd’hui, de nombreux dispositifs existent pour promouvoir et valoriser nos métiers auprès de différents publics comme la POEC (Préparation opérationnelle à l’emploi collective) en collaboration avec l’institut Lemonnier, qui forme des demandeurs d’emploi au métier d’ouvrier paysagiste via une formation sur 10 semaines.

On retrouve également le réseau ambassadeur qui permet aux entrepreneurs et salariés d’échanger directement avec les jeunes générations (collégiens, lycéens et étudiants) pour partager leurs métiers et leur passion pour le paysage. De plus, les ambassadeurs métiers peuvent proposer des immersions directement au sein de leur entreprise pour des jeunes qui souhaiteraient effectuer un stage de 3 à 5 jours de découverte du quotidien de nos métiers.

C’est pourquoi nous avons besoin que les chefs d’entreprises et les salariés du paysage se mobilisent pour animer tous ces projets. Nous avons l’opportunité de rendre plus attractif et de redynamiser notre secteur, et pour cela, nous devons rallier le maximum de professionnels à nos actions pour échanger avec les jeunes, les motiver à venir dans nos formations, et ensuite rejoindre nos entreprises !