Le secteur privé du paysage a la chance de poursuivre son développement malgré la crise, grâce notamment aux valeurs qu’il véhicule dans l’esprit de tous et des bénéfices qu’il apporte à la société en termes de santé, de bien-être, de cadre de vie, de biodiversité et de liens sociaux.

Autant de valeurs qui plaisent aussi aux jeunes, et moins jeunes, qui veulent exercer ses métiers passionnants. Mais attention ! Derrière l’image bucolique des jardins et espaces verts que l’on connait, se cachent de nombreux métiers, parfois méconnus, mais tous très techniques et nécessitant de multiples compétences.

On ne s’invente pas paysagiste, ni jardinier, loin de là !

Preuve en est, le niveau de compétences dans le secteur augmente constamment depuis 10 ans. Aujourd’hui, près de 85 % des actifs détiennent un diplôme, en grande majorité dans la filière « aménagements paysagers » de l’enseignement agricole.

Ce qui fait la différence entre deux candidats ? Comme pour la plupart des métiers, la maîtrise des savoir-faire et des règles professionnelles mais aussi, la motivation et le savoir-être : savoir travailler en équipe, savoir communiquer avec les clients sont essentiels dans ces métiers exercés majoritairement sur le terrain, en équipe et par tous les temps.

Les recrutements concernent tous les niveaux de diplômes, du CAP jardinier paysagiste au niveau ingénieur, partout en France ; les certificats de spécialisation telles que l’élagage, la maçonnerie paysagère, l’arrosage, par exemple, apportent un plus, tout comme les licences professionnelles.

Enfin, la profession participe largement à la formation des jeunes et compte pas moins de 12,5 % d’apprentis dans ces effectifs salariés.

Pour conclure, les entreprises du paysage offrent de réelles perspectives d’embauche et d’évolution aux personnes qui se forment à leurs métiers. Il est également important de rappeler que les salariés bénéficient d’une couverture prévoyance et frais de santé adaptée à la profession. Les femmes quant à elles, ont toutes leur place dans ce secteur.

Un conseil : ne vous installez pas sans de solides compétences, tant techniques que commerciales et de gestion. Acquérir au préalable une bonne expérience en tant que salarié reste préférable et vous permettra de vous lancer le jour venu en mettant toutes les chances de votre côté pour assurer la pérennité de votre entreprise !