Tout savoir sur le secteur du paysage

Études & Chiffres clés

Afin d'apporter toujours plus d'informations et de suivre l'évolution des marchés et du secteur, l'Union Nationale des Entreprises du Paysage réalise régulièrement des études qualitatives et quantitatives, et publie tous les deux ans le rapport de la branche du paysage.

Pour son édition 2017 des Chiffres clés, à paraître prochainement, l'Unep avec le soutien de Val'hor, a confié à l'institut I+C la réalisation de l'enquête biennale, afin de recueillir des données statistiques actualisées sur l'économie du secteur, les entreprises, leurs gérants et leurs salariés.

Ces chiffres permettent d’étayer nos argumentaires tout au long de l’année. C’est indispensable pour représenter, défendre et promouvoir nos métiers auprès des pouvoirs publics, des clients et fournisseurs mais aussi des partenaires sociaux.


Métiers & Savoir-faire

Les entreprises du secteur du paysage intègrent des compétences et des savoir-faire spécifiques aux métiers suivants :

  • la création, l'aménagement et l'entretien des parcs et jardins, terrains de sport, milieux aquatiques,
  • les travaux de génie végétal et de génie écologique,
  • l'installation des systèmes d’arrosage intégrés, et d’éclairage,
  • le paysagisme d’intérieur,
  • la végétalisation des terrasses et des toitures,
  • l'élagage, le fauchage,
  • le reboisement forestier...

Dans ces pages, vous en apprendrez plus sur les savoir-faire et compétences nécessaires à l'exercice de chacun de ces métiers.





Règles professionnelles

Les règles professionnelles sont la transcription et l’identification du savoir-faire des entreprises du paysage. Elles sont rédigées par des professionnels du paysage : entreprises, donneurs d’ordre, bureaux d’étude, enseignants, fournisseurs, experts.

Elles sont élaborées en tenant compte de l’état des lieux des connaissances au moment de leur rédaction, et des documents existants sur certains sujets spécifiques et constituent ainsi une photographie des « bonnes pratiques » du secteur.

Elles sont toutes organisées selon le même principe. Ainsi, on y trouve :

  • la description du sujet traité, et les limites posées ;
  • un glossaire détaillé des termes employés dans le document ;
  • des prescriptions techniques organisées selon la logique du déroulement de chantier ;
  • des annexes techniques pouvant être de différents ordres (compléments techniques spécifiques, exemples de méthodes à mettre en œuvre, etc.)

Les règles professionnelles sont applicables à tout acteur concourant à la réalisation et à l’entretien d’un aménagement paysager. À terme, ces règles pourraient devenir les normes du paysage.

Qualifications, Certifications & RSE

De plus en plus d’entreprises du secteur du paysage, soucieuses de proposer à leurs clients une qualité de service exemplaire, ainsi que des garanties en matière de préservation de l’environnement et de maîtrise de la sécurité, ont mis en place des démarches de qualité.

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage les accompagne et les encourage dans cette voie.

Selon les attentes du client, il existe des reconnaissances officielles permettant d’identifier une entreprise. Celles-ci portent sur différents aspects : le service, les démarches de développement durable ou simplement les compétences propres au professionnel du paysage. Mais pour s’y retrouver dans ces reconnaissances, il convient de les présenter.

Convention collective

La Convention Collective Nationale du Paysage du 10 octobre 2008 étendue par arrêté le 16 mars publiée au JO du 25, s’applique à toutes les entreprises et salariés (TAM, cadres et non cadres) de la branche Paysage. Son numéro d’identification est le 7018.

Cette Convention Collective Nationale fait l'objet d'une mise à jour régulière au regard des négociations sociales et des avenants étendus y afférent.


> Téléchargez la convention collective nationale du paysage

Événements du secteur


Que ce soit aux niveaux national ou régional, le secteur du paysage est très dynamique. De nombreux événements rythment l'année et permettent aux entreprises du paysage de se rencontrer, de découvrir les dernières nouveautés du secteur et les innovations des fournisseurs.


L'Union Nationale des Entreprises du Paysage donne rendez-vous à ses adhérents comme à ses partenaires sur ces événements.

Orientation / Formation / Emploi / Promotion des métiers

« Le grand enjeu de notre profession est de former les compétences de demain en nombre suffisant ! Il nous faut attirer toujours plus de jeunes vers nos métiers et leurs donner les perspectives de carrière qu’ils sont en droit d’attendre. »

Catherine Muller Présidente de l'Union Nationale des Entreprises du Paysage​
Pub-Onisep Campagne de pub pour l'Onisep

Le secteur privé du paysage a la chance de poursuivre son développement malgré la crise, grâce notamment aux valeurs qu’il véhicule dans l’esprit de tous et des bénéfices qu’il apporte à la société en termes de santé, de bien-être, de cadre de vie, de biodiversité et de liens sociaux.

Autant de valeurs qui plaisent aussi aux jeunes, et moins jeunes, qui veulent exercer ses métiers passionnants. Mais attention ! Derrière l’image bucolique des jardins et espaces verts que l’on connaît, se cachent de nombreux métiers, parfois méconnus, mais tous très techniques et nécessitant de multiples compétences.

On ne s’invente pas paysagiste, ni jardinier, loin de là !

Preuve en est, le niveau de compétences dans le secteur augmente constamment depuis 10 ans. Aujourd’hui, près de 85 % des actifs détiennent un diplôme, en grande majorité dans la filière « aménagements paysagers » de l’enseignement agricole.

Ce qui fait la différence entre deux candidats ? Comme pour la plupart des métiers, la maîtrise des savoir-faire et des règles professionnelles mais aussi, la motivation et le savoir-être : savoir travailler en équipe, savoir communiquer avec les clients sont essentiels dans ces métiers exercés majoritairement sur le terrain, en équipe et par tous les temps.

Les recrutements concernent tous les niveaux de diplômes, du CAP jardinier paysagiste au niveau ingénieur, partout en France ; les certificats de spécialisation telles que l’élagage, la maçonnerie paysagère, l’arrosage, par exemple, apportent un plus, tout comme les licences professionnelles.

Enfin, la profession participe largement à la formation des jeunes et compte pas moins de 12,5 % d’apprentis dans ces effectifs salariés.

Pour conclure, les entreprises du paysage offrent de réelles perspectives d’embauche et d’évolution aux personnes qui se forment à leurs métiers. Il est également important de rappeler que les salariés bénéficient d’une couverture prévoyance et frais de santé adaptée à la profession. Les femmes quant à elles, ont toutes leur place dans ce secteur.

Un conseil : ne vous installez pas sans de solides compétences, tant techniques que commerciales et de gestion. Acquérir au préalable une bonne expérience en tant que salarié reste préférable et vous permettra de vous lancer le jour venu en mettant toutes les chances de votre côté pour assurer la pérennité de votre entreprise !

S'installer entrepreneur du paysage

S'installer

Vous voilà prêt à franchir le pas et à occuper la position exigeante de chef d’entreprise ?

Prendre la décision de devenir entrepreneur du paysage est chose relativement aisée. Se lancer concrètement est une tâche beaucoup plus compliquée. De la réussite de votre installation dépend la pérennité de votre entreprise.

Être entrepreneur du paysage, c’est être un homme ou une femme de terrain bien évidemment, mais c’est aussi disposer d’un tempérament qui permet d’affronter avec calme, courage et discernement les petits tracas quotidiens ou les difficultés majeures que rencontrent tous les dirigeants d’entreprise en cours de carrière.

Être entrepreneur du paysage aujourd’hui, dans un contexte économique difficile, c’est respecter les règles professionnelles mises en place par la profession, c’est chiffrer au juste prix, et c’est s’engager pour la biodiversité et la satisfaction de ses clients.

C’est pourquoi les professionnels de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep), forts de leur expérience, ont rédigé un guide pour vous aider dans vos démarches et vous accompagner dans le montage de votre projet.


Téléchargez le guide S'installer entrepreneur du paysage qui vous permettra de vous installer plus sereinement et dans les meilleures conditions possibles.

Une fois installé, vous aurez tout intérêt à adhérer à l’Union Nationale des Entreprises du Paysage pour bénéficier de tout l’accompagnement dont vous aurez besoin tout au long du développement de votre activité. L’autre intérêt, qui n’est pas le moindre, est de rejoindre un réseau de chefs d’entreprise qui auront les mêmes préoccupations que vous.

Un conseil : profitez-en et ne restez surtout pas dans l’isolement dans lequel vous risquez de vous trouvez en tant que dirigeant !

Rejoignez-nous !


Lutte contre le travail illégal

Auto Collant 4Logos Def Rvb Réduit

Le secteur du paysage est durement touché par le travail illégal : les emplois sont non-délocalisables, donc très soumis à la concurrence déloyale. Les entreprises y sont majoritairement de petite taille et jeunes, ce qui les rend très vulnérables.

Le travail illégal fait ainsi subir un lourd préjudice aux entreprises respectueuses du droit, jusqu’à compromettre leur existence.

C’est pourquoi l’Unep - Les Entreprises du Paysage œuvre sur plusieurs fronts pour lutter contre ce travail illégal, le plus souvent en lien avec le ministère chargé de l'Agriculture, la MSA et le ministère du Travail.

Qu’entend-on par travail illégal ?


Le travail illégal dans le secteur du paysage peut prendre plusieurs formes : concurrence déloyale des auto-entrepreneurs et des entreprises de Services à la personne ou travail dissimulé (emploi et activité indépendante).


Qu’avez-vous le droit de faire ou de ne pas faire ?






  • de faire appel à une entreprise du paysage pour tous les travaux (création et entretien) ;
  • de faire appel à une entreprise de services à la personne déclarée pour les petits travaux de jardinage (tonte de la pelouse, ramassage des feuilles taille des haies …)






  • de faire appel à une entreprise de services à la personne pour des travaux de création (engazonnement, plantation de massif, maçonnerie…) ou pour des travaux d’élagage ;
  • de faire appel à un auto-entrepreneur*.

* Le régime de l’auto entrepreneuriat n’est possible que pour l’entretien des jardins et uniquement si l’entretien s’exerce parmi d’autres activités de services à la personne (exemple : petit bricolage, ménage…).

Quels sont vos risques ?


En ne respectant pas les règles ci-dessus, vous vous exposez à plusieurs sanctions qui peuvent se cumuler.

  • En cas d’accident, vous pouvez être condamné personnellement à une indemnisation financière pour les préjudices subis par la victime.
  • Des sanctions pénales : jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (sanctions qui sont aggravées en cas d’emploi dissimulé d’un mineur).
  • Un redressement par la MSA ou l’URSSAF (pour le particulier employeur) qui peuvent exiger sur trois ans (ou plus en cas de fraude) le paiement des cotisations impayées avec des majorations de retard et des pénalités.
  • Une condamnation par le conseil de prud’hommes pour travail dissimulé.


En outre, vous courez également le risque que le travail soit réalisé dans de mauvaises conditions par des jardiniers non-professionnels et que votre jardin soit saccagé.


Comment ne pas courir de risques ?


En sollicitant une Entreprise du Paysage, vous aurez affaire à un professionnel du paysage formé qui travaille selon les règles du métier. Vous aurez un beau jardin et l’esprit serein en étant en règle.

Vous éviterez également une concurrence déloyale et illégale à l’égard de ces entreprises qui respectent la législation et qui représentent des milliers d’emplois à travers toute la France.


> Trouvez l’Entreprise du Paysage près de chez vous !


Les actions de l'Unep contre le travail illégal


L’Unep – Les Entreprises du Paysage se mobilise pour défendre toutes les entreprises du secteur contre le travail illégal, en lien avec le ministère du Travail au niveau national et les DIreccte au niveau local, le ministère chargé de l’Agriculture, les organisations professionnelles et syndicales, la CCMSA et les MSA régionales.

  • La signature en 2014 d’une convention nationale contre le travail illégal en agriculture avec l’ensemble des acteurs institutionnels.
  • La signature de conventions régionales : à ce jour, 13 conventions ont été signées régionalement qui prévoient des actions concrètes d’information (plaquette « Travail illégal au jardin - Attention Danger » …) et des actions de vigilance et de contrôle auprès des entreprises et du grand public.


Par ailleurs l’Unep soutient ses adhérents en leur donnant les moyens de se démarquer (formations, informations, règles professionnelles …).

En ce début d’année 2017, l’Unep lance l’opération « Ne laissez pas les mauvaises pratiques envahir votre jardin » , avec le soutien de la MSA, du ministère chargé de l'Agriculture et le ministère du Travail.



Cette opération de communication comporte deux volets.

  • Un kit de communication à disposition de l’ensemble des adhérents de l’Unep (sur votre espace personnel) qui souhaiteront afficher leur différence : flyer d’informations, supports de communication, autocollants …
  • Un mailing envoyé aux particuliers : dans un 1er temps, un test sera effectué sur plusieurs départements. Les résultats permettront de décider de la suite de cette action sur d’autres régions.

Des relations presse régionales, une présence sur les réseaux sociaux et le cas échéant des annonces publicitaires viendront soutenir cette campagne de communication.