Imprimer la page

Le jardin zen

Espace extérieur aménagé au sein du jardin, sur la terrasse ou dans un patio, le jardin zen prend différentes formes mais toujours dans l’objectif de proposer un lieu calme et reposant. Cette création de jardin a un succès grandissant dans les jardins urbains de petite dimension.

Jardin zen - © Amaury.gravy

Qu’appelle-t-on un jardin zen ?

Le jardin zen se différencie de l’espace de méditation composé dans un jardin japonais, appelé aussi jardin sec. Car même si ce style de jardin en est dérivé, il se réfère davantage au jardin contemporain en vogue depuis les années 2000. L’ambiance zen est ainsi devenue l’expression d’un lieu sobrement végétalisé ayant un aspect minimaliste incitant à la relaxation.

Comment créer un jardin zen ?

Il suffit, soit d’aménager un espace situé un peu à l’écart des passages fréquents et des jeux des enfants, soit de consacrer l’ensemble des extérieurs à ce style de jardin. En ville, la création de jardin se limite souvent à un agencement minimaliste qui sera d’un entretien limité, et peut prendre la forme d’un jardin zen.
Pour limiter au maximum l’entretien du jardin, les revêtements de sol sont posés sur une toile géotextile qui empêche les adventices de pousser. Le style découle du choix des matériaux, des végétaux et de la façon dont l’ensemble s’organise dans l’espace. Il peut s’orienter vers un style asiatique ou un style contemporain.

Jardin zen

Les matériaux du jardin zen

Dérivés de ceux du jardin japonais, les matériaux du jardin zen doivent rester d’un entretien très facile. La priorité est donnée aux surfaces minérales décorées avec :

  • des graviers, blancs, noirs, de marbre vert ou colorés ;
  • des pétales ou paillettes d’ardoise. Les pétales sont plus épais et plus gros que les paillettes (5 cm de longueur environ contre 1 à 2 cm pour les paillettes) ;
  • des galets de mer ou de rivière, polis et de différentes granulométries ;
  • des dalles en pierre naturelle ou reconstituée, plutôt de grand format et géométriques ;
  • des barrettes en pierre pour former des bordures ou des dallages originaux mais sobres ;
  • des piquets d’ardoise (échalas) à planter debout pour séparer les espaces ;
  • des boules, rochers ou monolithes en pierres décoratives.

Les accessoires du jardin zen

Les accessoires se différencient également de ceux des jardins japonais, mais beaucoup sont malgré tout repris dans l’idée que la sobriété est plus apparente et porteuse dans un jardin de style asiatique. Statues de Bouddha, fontaines japonaises et arbustes en nuages se retrouvent donc souvent dans les compositions de jardin zen, bien qu’issus d’une réinterprétation de l’esprit des jardins japonais.

  • Petites fontaines et murs d’eau créent une douce musique qui aide à la relaxation. Le bruit de l’eau, quand il reste faible, s’accorde parfaitement avec l’usage des lieux. Dans le cas de murs d’eau, la puissance du débit qui ruisselle doit pouvoir se régler.
  • Un bassin miroir apporte une touche contemporaine.
  • Un mobilier aux lignes épurées peut s’ajouter, quand l’espace est assez grand.

Jardin zen

Les plantes du jardin zen

Elles sont peu nombreuses car l’objectif est ici de créer un décor permanent avec peu de changements au fil des mois et des années. Les graminées sont privilégiées pour leur aspect intemporel, les mousses et les plantes tapissantes viennent habiller les bords de l’espace minéral ou encercler les pierres décoratives, les plantes vivaces ou espèces succulentes graphiques (iris, phormium, aeonium) animent l’espace par endroit. Enfin, des arbustes taillés à la japonaise, que l’on  appelle niwaki, forment les reliefs. Il n’est pas obligatoire de planter des niwaki, aussi d’autres types d’arbuste peuvent les remplacer, caducs ou persistants. Dans ce cas, le jardin zen présentera un aspect très épuré sans rapport avec le style japonais.

L’organisation spatiale du jardin zen

Que cet espace soit grand ou exigu, le principal est qu’il offre une ambiance apaisante. Les dalles permettent de marcher et de s’installer au cœur de ce jardin. Elles sont souvent disjointes et les graviers remplissent les interstices entre elles. Le parcours reste simple, avec des formes sinueuses larges englobant la géométrie des dallages. Si l’on préfère un espace géométrique sans courbes, les graminées sont utilisées pour adoucir les lignes et les angles.
Les arbustes sont placés en arrière-plan de façon à laisser la place au centre et à ombrager une partie du jardin où se situent la fontaine, le bassin ou le mur d’eau. Les vivaces les accompagnent et les espèces tapissantes couvrent le reste de la surface plantée.