Imprimer la page

Le jardin exotique

Ce style de jardin est en vogue depuis les grandes explorations du XVIIIème siècle, qui ont vu arriver un grand nombre d’espèces tropicales que l’on a acclimatées dans les jardins botaniques de France et d’Europe. Le jardin exotique est ainsi, dans l’esprit des amateurs de plantes, un jardin qui offre une ressemblance avec les contrées jugées « exotiques », donc comprenant des espèces n’ayant pas la même apparence que celle de nos jardins de climats tempérés ayant des saisons bien marquées.

Mais en réalité, deux ambiances distinctes caractérisent le jardin exotique : l’ambiance désertique et l’ambiance tropicale.
Cette dualité s’explique par les différents climats sous lesquels on rencontre ces deux styles de jardin, bien qu’ils se situent l’un et l’autre en régions tropicales et subtropicales.

Mais de nombreux jardins botaniques français présentent ces deux types d’ambiances mis en scène dans des parties différentes. C’est le cas par exemple au Jardin botanique de Roscoff en Bretagne et au Jardin exotique de Ponteilla près de Perpignan. Alors que l’on est plongé presque exclusivement dans un jardin luxuriant au Jardin botanique de Vauville dans le Cotentin, au Jardin Georges Delaselle sur l’ïle de Batz, et au Jardin Tropical de Paris. La Bambouseraie de Prafrance (Anduze) est également considérée par beaucoup d’amateurs et de professionnels comme un jardin exotique luxuriant, donc de climat humide, avec ses collections de bambous. Par contre, le Jardin exotique de Monaco présente uniquement des ambiances sèches avec de formidables collections de cactées.

Jardin exotique

Les caractéristiques du jardin exotique

Une ambiance aride

Ce type d’ambiance présente des plantes acceptant de pousser dans des milieux arides, supportant la chaleur intense et le manque d’eau une bonne partie de l’année. Ces plantes sont capables de stocker l’eau dans leurs tissus, et réduisent considérablement leur feuillage (feuilles filiformes ou sous forme d’épines) de façon à limiter au maximum la déperdition d’eau par évapotranspiration.
Le jardin exotique aride ressemble donc souvent aux paysages que l’on trouve au Mexique, dans les régions désertiques du sud des États-Unis, dans le centre de l’Australie ou dans les zones arides de l’Europe du Sud.
Les cactées, plantes succulentes, palmiers, cordylines, arbustes broussailleux et graminées en constituent la trame. Parmi les succulentes, les agaves, yuccas, phormiums et dasylirions sont prisés dans les jardins contemporains ou les jardins de bord de mer pour leur aspect graphique. Parmi les palmiers, le trachycarpus, l’érythea, le washingtonia et le butia sont faciles à cultiver et résistent au froid. Le cycas, qui n’entre pas dans la famille des palmiers mais y ressemble fort, est aussi très apprécié. Dans les cactées, le nombre considérable d’espèces et de variétés permet un large choix.

Une ambiance de forêt tropicale

Dans cette création de jardin, les plantes luxuriantes confèrent une ambiance de sous-bois tropical, telle que l’on peut en rencontrer au naturel dans les paysages de Nouvelle-Zélande, d’Asie du Sud, du Brésil et des régions tropicales humides de l’Afrique. L’abondance végétale est ici privilégiée, à la fois avec des espèces aux larges feuilles comme le fatsia (syn. aralia), le peltiphyllum (Darmera peltata) ou le gunnera, avec des plantes très touffues telles que les bambous, la vipérine des Canaries et les fougères arborescentes. Ces feuillages spectaculaires voisinent avec d’autres plantes aux floraisons sophistiquées très inhabituelles sous nos climats, comme les broméliacées.
L’atmosphère ombragée conserve l’humidité utile à ces plantes qui préfèrent les sols frais à humides et vivent grâce à une pluviométrie assez conséquente dans leur milieu naturel. Les feuillages larges sont d’ailleurs l’un des caractères principaux de ces plantes de milieu tropical humide. Mais certaines espèces comme les bananiers aiment aussi un bon ensoleillement.

Un mélange de plantes issues des milieux tropicaux

Beaucoup d’amateurs de jardins associent les deux types de plantes afin de créer un jardin exotique qui rassemble ce qu’ils imaginent des contrées tropicales. Les bambous nains entourent ainsi dasylirion, et phormium, les agaves voisinent avec les bananiers, les palmiers et cordylines constituent les hauts reliefs et ombragent les brugmansias. La fougère arborescente est tellement appréciée depuis de nombreuses années, qu’elle trône souvent dans ce type de jardin. Il faut néanmoins prendre en compte ses besoins (ombrage en été, humidité atmosphérique permanente, protection contre le gel) si l’on veut la conserver plusieurs années.

Jardin exotique

Où peut-on créer un jardin exotique ?

<La création d’un jardin exotique demande un climat favorable, c’est-à-dire des températures hivernales douces puisque la majorité des espèces implantées viennent de contrées chaudes et ne supportent pas le gel. Malgré tout, ce style de jardin ne se cantonne pas aux régions du sud. Les petits jardins de ville, et en particulier les patios, bénéficiant de températures plus clémentes en hiver du fait de la densité des constructions (moins de vent, chaleur du soleil stockée dans la pierre la journée et rediffusée le soir) peuvent tout à fait accueillir un jardin exotique.

En situation ensoleillée

La chaleur du soleil reste le meilleur atout pour implanter un jardin de cactées, palmiers et plantes tropicales de milieux arides telles que les agaves et autres plantes succulentes.

En situation mi-ombragée

Les patios urbains coincés entre les immeubles et les petits jardins de ville ne profitant du soleil que très peu d’heures par jour sont une situation idéale pour les plantes exotiques ayant besoin d’ombrage et d’un sol frais. Les feuillages resteront ainsi brillants. La fougère arborescente préfèrera aussi ce type de situation, car en plein soleil ses frondes brûlent, et la plante se dessèche si elle ne profite pas d’un arrosage en pluie fine ou d’une brumisation tous les jours.

A savoir : dans les endroits où le gel est à craindre, la culture en pot permet de rentrer les plantes en hiver, dans une véranda, une orangerie ou une serre. Ces plantes resteront toutefois de plus petite dimension car elles n’auront pas assez de terre pour se développer de façon optimale. Mais à moins d’avoir une très grande serre, ou une véranda très haute, cet inconvénient se transforme plutôt en avantage pour cultiver un jardin exotique en toutes régions, et animer, par exemple, la terrasse en été ou le bord de la piscine.

Jardin exotique - © Daniel70mi Falciola

Quelles sont les contraintes d’un jardin exotique ?

  • La température : il faut en premier surveiller les températures hivernales et protéger les plantes du froid si ces températures baissent de trop. Les bambous et certains palmiers supportent -10 à -15°C, et certaines cactées également quand elles sont installées en terrain sec. Mais la majorité des plantes ne résistera pas à des températures inférieures à 0°C, voire même inférieures à 5°C. La plupart de ces espèces sont d’ailleurs cultivées le plus souvent sous serre dans les jardins botaniques situés en dehors des régions douces. L’humidité : surveiller de près l’humidité du sol et l’infiltration rapide des eaux de pluie par un excellent drainage est la seconde contrainte pour les ambiances arides. L’eau ne doit pas stagner, sous peine de provoquer la pourriture du collet des plantes, ou la pourriture des racines.
    A l’inverse, la régularité de l’arrosage en cas de pluies non suffisantes sera la règle de maintien d’une ambiance luxuriante. Ce type de jardin exotique sera aussi à abriter du soleil brûlant, particulièrement en ville où la réverbération sur les murs est importante, et dans les régions très ensoleillées.