Imprimer la page

Le jardin aromatique

L’art culinaire étant à nouveau l’un des loisirs favoris de notre époque, les plantes aromatiques sont également tendance car elles constituent les ingrédients complémentaires d’une cuisine riche en saveurs. Le jardin aromatique devient ainsi un élément indispensable des aménagements de jardin, que l’on cultive quelques bonnes herbes sur le balcon, un petit coin d’aromates dans un jardin de ville ou un véritable potager aromatique. Dans la création de jardin, le potager aromatique prend d’ailleurs aujourd’hui une place à part entière même s’il ne constitue pas un style de jardin.

Jardin aromatique

Qu’appelle-t-on un jardin aromatique ?

Le jardin aromatique se distingue du jardin de plantes aromatiques. La distinction semble très ténue, pourtant le jardin aromatique comprend des plantes comestibles, et de ce fait est souvent appelé potager aromatique, alors qu’un jardin de plantes aromatiques cultive toutes les plantes ornementales ayant un feuillage aromatique, qu’elles soient comestibles ou non. Certaines même parmi ces dernières se révèlent toxiques en ingestion pour l’homme, comme la rue (Ruta graveolens).

  • Le jardin aromatique est de nos jours une partie distincte du jardin, que l’on peut intégrer à l’aménagement global ou conserver séparée. Il regroupe les plantes dont le feuillage comestible offre une saveur particulière utilisée pour relever les plats, et appelées aromates. Les plantes aromatiques ont également pour la plupart des vertus et propriétés médicinales. C’est la raison pour laquelle au Moyen-âge, le jardin aromatique se nommait le « jardin des simples ». On y cultivait aussi bien les aromates que les espèces annuelles, vivaces et arbustives destinées à soigner, à parfumer ou à améliorer la valeur nutritive des plats.
  • Le jardin aromatique se restreint aux plantes aromatiques comestibles mais il peut aussi rassembler certaines plantes qui servent à la confection des tisanes, des onguents (arnica, souci), des pots-pourris calmants ou antiparasites (lavande, menthe, basilic). Il comprend aussi les espèces utilisées pour les eaux de beauté (bleuet, rose) réalisées à la maison, ou encore celles qui entrent dans des préparations culinaires particulières, comme les confitures (rose, sureau, oignon…) et les pétales glacés (rose, agastache).

Où installer un jardin aromatique ?

Accessible à tous, la création d’un jardin aromatique s’avère possible dans des espaces très diversifiés selon la place disponible. En pots accrochés au mur, en carré surélevé, en jardinières ou en pleine terre, les aromates offrent des saveurs qui vont relever les plats tout en apportant leurs vertus nutritives et médicinales. Ces plantes se répartissent en plusieurs catégories, qui devront être cultivées dans des endroits différents en rapport avec leurs besoins. Le jardin aromatique prend différentes formes selon la superficie disponible :

  1. Dans un petit jardin de ville ou un jardin contemporain, le jardin aromatique pourra se résumer à un potager surélevé logé sur la terrasse, un jardin de pots installé autour du coin barbecue, un potager vertical fixé sur un mur, des bordures plantées au pied des arbustes de haie, ou bien il formera une mosaïque odorante le long d’une allée.
  2. Dans un jardin de curé il a sa place au sein même du dessin général, prenant par exemple tout un massif. Dans un jardin écologique et dans un jardin potager, les plantes aromatiques se mêlent aux autres cultures afin que leurs vertus répulsives éloignent les ravageurs. Elles entrent ainsi dans les solutions alternatives pour gérer l’entretien du jardin sans pesticides. Au potager, le basilic éloigne par exemple les parasites des pieds de tomates, tandis qu’au jardin, la lavande et la ciboulette protègent les rosiers des pucerons.
  3. Dans un jardin sec, la partie aromatique se confondra avec toutes les espèces tapissantes qui couvrent le sol, comme les thyms nains et l’origan. Elle pourra aussi servir de structure en utilisant le romarin, la lavande et le laurier-sauce en haies de diverses hauteurs.
  4. Dans un jardin paysager, grand ou petit, un potager aromatique en carré peut également devenir une composante décorative. A ce titre, il sera  entouré de traverses de bois, de briques, de pavés ou toute autre bordure lui donnant un caractère très dessiné et repérable.
  5. Toute autre composition est possible, dans tous les styles de jardins, comme par exemple des bordures de thym entourant des massifs de fleurs, un fond de massif en fenouil pour enrober les roses dans un écrin vaporeux, des topiaires en laurier-sauce répartis le long d’une allée ou aux coins des parterres à la française, une prairie de menthes en sous-bois….

plantes aromatiques

Quelles plantes pour un jardin aromatique ?

Pour la cuisine, les plantes du jardin aromatique se divisent habituellement en deux catégories : les bonnes herbes et les herbes du soleil appelées également « herbes de Provence » bien que certaines ne soient pas spécifiques à cette région. Cette division reprend logiquement les conditions de culture spécifiques des plantes. En effet, les bonnes herbes demandent une terre assez riche, un sol frais et certaines préfèrent un léger ombrage justement pour profiter davantage de cette fraîcheur. A l’inverse, les herbes du soleil poussent à exposition ensoleillée, dans un sol poreux ou sec, plutôt pauvre et supportent les grosses chaleurs estivales. Quand le soleil chauffe leur feuillage, cela a pour conséquence de concentrer les huiles essentielles qu’il contient : c’est ce qui leur donne plus de goût.

Cela dit, il est possible de cultiver les herbes du soleil dans un sol un peu plus riche, et les bonnes herbes à exposition bien ensoleillée. De ce fait, elles peuvent aussi être regroupées dans un petit jardin aromatique, dans un potager aromatique de balcon ou de terrasse, ou une plate-bande d’aromates installée le long de la maison, près de la cuisine.

Les bonnes herbes du jardin aromatique sont :

  • Le persil (mi-ombre ou soleil non brûlant, sol frais)
  • Le basilic (soleil non brûlant ou mi-ombre partielle et sol très frais)
  • La ciboule et la ciboulette (soleil et sol frais)
  • Le céleri (soleil ou mi-ombre et sol frais)
  • Le cerfeuil (soleil et sol frais)
  • La menthe (mi-ombre ou soleil non brûlant, sol riche et très frais, voire humide)
  • La sauge (soleil et terrain bien drainé)
  • La mélisse (sol frais, au soleil ou à mi-ombre)
  • L’oseille (sol riche et frais en toutes expositions)
  • Le shiso (persil japonais, Perilla frutescens)

Les herbes du soleil rassemblent :

  • Le thym (sol pauvre et sec)
  • Le romarin (sol bien drainé)
  • Le laurier-sauce (sol sec ou poreux)
  • L’origan (tous sols bien drainés)
  • Le fenouil (sols poreux, secs, pauvres ou ordinaires)
  • L’aneth (sols ordinaires bien drainés)
  • L’estragon (plein soleil, sol bien drainé, frais la nuit).

A savoir : l’ail et l’oignon sont considérés comme des aromates, mais ils entrent dans la catégorie des légumes et non des plantes aromatiques. Pour autant, l’ail et l’oignon s’intègrent dans le jardin aromatique quand celui-ci est d’une superficie suffisante et placé au potager.

Pour les tisanes, préparations de bien-être et autres préparations culinaires, les plantes aromatiques se prennent parmi les bonnes herbes et herbes du soleil, avec en plus certaines vivaces et annuelles telles que :

  • La calaminthe (vivace, soleil, supporte la sécheresse)
  • L’agastache (vivace, soleil et sol frais mais bien drainé)
  • La nigelle comestible, Nigella sativa (annuelle, soleil et sol bien drainé)
  • La mertensie, Mertensia maritima (sol poreux mais arrosages en fine pluie fréquents, plein soleil)
  • L’ail des ours, Allium ursinnum (sol frais à humide, soleil ou mi-ombre)
  • Le géranium rosat, Pelargonium graveolens (soleil, tous sols bien drainés
  • La monarde (mi-ombre ou soleil non brûlant, sol très frais)
  • La lavande, arbuste le plus souvent classé parmi les plantes aromatiques vivaces
  • La capucine (soleil, tous sols bien drainés)
  • Les roses rouges odorantes (famille des rugosa en général)

A savoir : attention, la plante-curry (Helichrysum italicum) offre un feuillage argenté de toute beauté qui illumine les jardins secs et sent fortement le curry quand on le touche, mais ce feuillage n’est pas comestible ! Il est donc totalement déconseillé d’utiliser cette plante en cuisine ou en infusion. Elle est uniquement ornementale.

jardin aromatique