C.C.10-R0 : Conception et réalisation de baignades biologiques avec filtration intensive

Cc10 Ro

Objet et domaine d’application 


Sont concernées par ces règles professionnelles la conception et la réalisation des bassins de baignade artificielle biologique avec filtration intensive et dont l’eau peut être désinfectée mais non désinfectante. Les eaux utilisées dans ces bassins circulent en permanence en circuit fermé et sont entièrement recyclées.

Les présentes règles professionnelles s’appuient sur les observations du rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset). Ce rapport, publié en juillet 2009, s’intitule Risques sanitaires liés aux baignades artificielles et traite des « baignades artificielles en circuit fermé par traitement biologique et autre traitement ». La présente règle introduit par ailleurs les conditions d’utilisation du traitement UV.

Le document décrit le concept de « baignade intensive », se composant :

  • d’un bassin de nage ;
  • de deux filtrations physique et biologique indépendantes du bassin de nage ;
  • d’un système de désinfection de l’eau (obligatoire pour les baignades publiques et optionnel pour les autres).

Les bassins de baignade artificielle biologique comprennent optionnellement une zone de berge et une zone lagunaire ou de phyto-épuration.


Ne sont pas concernés par la réalisation de baignades biologiques avec filtration intensive les ouvrages suivants.

  • Les piscines dites « traditionnelles ». Ces dernières correspondent à la définition suivante : « établissement ou partie d’établissement qui comporte un ou plusieurs bassins artificiels utilisés pour les activités de bain ou de natation et dont les eaux doivent être filtrées, désinfectées et désinfectantes ».
  • Les baignades biologiques avec filtration extensive (« baignades extensives »).
  • Les baignades artificielles sans filtration et les baignades en eau libre telles que les retenues d’eau en système ouvert, les barrages, les rivières, les lacs, etc.

Termes définis dans le fichier PDF


  • Type de baignade biologiques artificielles en système fermé : Baignade intensive, Baignade extensive
  • Filtration : Filtration physique, Filtration biologique, Filtration par phyto-épuration, Masse filtrante ou media filtrant, Biofilm, Surface spécifique, Milieu aérobie
  • Traitements complémentaires : Désinfection, Traitement d’entretien, Phyto-épuration
  • Eau désinfectée et eau désinfectante
  • La Demande Chimique en Oxygène (DCO)
  • La Demande Biochimique en oxygène (DBO5)
  • Bois de classe 4
  • Membranes d'étanchéité : Liner, Géomembrane

Présentation de la règle professionnelle « Conception et la réalisation de baignades biologiques avec filtration intensive »


Choix de la source d’eau

Il est essentiel de vérifier les paramètres physico-chimiques et microbiologiques de l’eau qui servira à alimenter la baignade. En effet, en fonction des résultats, des filtres spéciaux peuvent devoir être installés. Les paramètres à tester sont ceux figurant dans le tableau 9 (cf. § 3.4.4.1).

L’eau utilisée doit provenir soit du réseau d’eau municipal soit d’un forage. En aucun cas l’eau issue d’un cours d’eau ou de la récupération des eaux de toiture ne doit être utilisée pour alimenter la baignade.


Conception des bassins


Caractérisation des zones à mettre en œuvre

Bassin de nage

Le bassin de nage comprend au minimum une zone d’une profondeur supérieure ou égale à 150 cm de profondeur et, le cas échéant, une zone dite « de faible profondeur » (comprise entre 50 et 150 cm) telle que son volume représente au maximum 50 % du volume total.


Zones de berges / plages

Les zones de berges, qui sont également appelées plages, sont des zones d’accès au bassin de nage. Elles sont éventuellement agrémentées de plantes décoratives et/ou de galets, etc. Il est essentiel de veiller à ce que ces plantes et/ou ces minéraux n’aient pas d’impact négatif sur les qualités physiques ou chimiques des eaux de la baignade.

Le volume maximal attribué aux berges est de 10 % du volume d’eau total, ce volume étant compris dans les 50 % des zones de faible profondeur.

Les zones de berges correspondent aux profondeurs allant de 0 à 50 cm.


Bordures

Les bordures délimitent l’espace dédié à la baignade artificielle dans le terrain et sont indispensables pour limiter l’arrivée des intrants. Elles doivent être suffisamment rigides pour empêcher toute pollution par des intrants de ruissellement. Elles sont donc de type P1 béton ou équivalent et dépassent le niveau du trop plein de 5 cm. Elles sont recouvertes par un géotextile et une membrane d’étanchéité ainsi que par des éléments décoratifs compatibles avec les normes de sécurité (exemples : margelles, végétaux, galets, etc.)


Zone de filtration

La zone de filtration est séparée du bassin de nage. Elle inclut les filtrations physiques, biologiques, ainsi que la désinfection de l’eau, fortement conseillée pour les baignades à usage collectif (publiques ou semi-publiques).


Retrouvez la règle professionnelle « Conception et réalisation de baignades biologiques avec filtration intensive » au complet en suivant le lien ci-dessous :


Les autres règles de l'Axe 2 : travaux d'aménagement et d'entretien des constructions paysagères

> C.C.1-R0 (Octobre 2013) - Travaux de terrassement des aménagements paysagers
> C.C.2-R0 (Septembre 2014) - Travaux de mise en œuvre de réseaux dans le cadre d'un aménagement paysager
> C.C.3-R0 (Juillet 2016) - Travaux liés aux revêtements et à leurs fondations, aux bordures et aux caniveaux
> C.C.4-R0 (Mai 2016) - Travaux de mise en place de murets paysagers, d'ouvrages de retenue de sol et d'escaliers
> C.C.8-R0 (Mai 2016) - Travaux de réalisation de bassins d'ornement
> C.C.9-R0 (Décembre 2017) - Conception et réalisation de baignades biologiques avec filtration biologique
> C.E.1-R0 (Juillet 2018) - Travaux d'entretien des constructions paysagères