Paris, le 27 septembre 2018 - Pour sa 27e règle professionnelle, l’Union Nationale des Entreprises du Paysage a choisi de traiter d’arboriculture fruitière, une thématique particulière et complexe parmi les activités des entreprises du paysage. Ce document a été rédigé en partenariat avec l’AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France), la FFP (Fédération Française du Paysage) et Hortis (Association des directeurs d’espaces nature en ville). Il constitue le dernier volet de la collection consacrée à la création des aménagements végétaux.

Un savoir-faire qui porte ses fruits
La production de fruits est un processus naturel de la dissémination des plantes à fleurs. Grâce à des connaissances et à des techniques particulières, il est possible d’orienter la croissance d’un arbre vers une meilleure production de fruits, en quantité et en qualité. Ce savoir-faire se décline différemment selon les types de fruits, le plus souvent entre ceux à noyaux et ceux à pépins. Outre le choix d’un porte-greffe adéquat si nécessaire, la taille de fructification est le principal moteur de cette orientation. Elle repose sur la connaissance des mécanismes biologiques de la plante.

Après une partie introductive qui définit le vocabulaire technique de ces pratiques spécifiques, la règle professionnelle suit les principales étapes de l’arboriculture fruitière : la plantation, en prenant garde au milieu dans lequel le végétal se développe, puis les différentes techniques de taille. Le document fait également la part belle aux bioagresseurs, qui regroupent à la fois les maladies et les espèces animales considérées comme nuisibles pour les arbres fruitiers et leur production. Les principaux bioagresseurs sont listés, accompagnés de données pour les reconnaître et de méthodes de lutte.

Un ouvrage de référence pour les professionnels
La règle professionnelle se veut un document central pour les entreprises du paysage pratiquant l’arboriculture fruitière au sein des aménagements paysagers. L’objectif n’est pas de créer des vergers dans un but de rendement, mais plutôt d’intégrer la production dans un ensemble paysager, souvent pour des particuliers. Cette thématique connaît d’ailleurs un attrait grandissant puisque 4,38 millions d’arbres et d’arbustes fruitiers ont été achetés par les Français en 20161. L’Unep s’est entourée de paysagistes, mais aussi d’enseignants et de pépiniéristes. Les Fredons (Fédérations REgionales de Défense contre les Organismes Nuisibles) ont également apporté une importante contribution sur les bioagresseurs. Les partenaires de l’Unep pour les règles professionnelles (AITF, FFP et Hortis) ont aussi participé à l’élaboration de l’ouvrage.

« Cette règle professionnelle est avant tout un document technique collaboratif afin de transmettre les bons gestes pour une gestion des arbres fruitiers dans le respect des règles de l’art, de l’environnement et de la santé publique. Cette nouvelle règle professionnelle met ainsi en avant le « savoir-vert » que nous avons à cœur de partager et de promouvoir. » déclare Olivier François, entreprise Pépinières d’altitude et paysage, adhérent Unep région Bourgogne Franche Comté. 


1. Source : Etude menée par Kantar pour ValHor et France Agri’Mer auprès d’un panel de 7000 foyers représentatifs des ménages français âgés de 18 ans et plus.