Campagne publicitaire 2016


En 2016, les Entreprises du Paysage, fortes de cette nouvelle identité, prennent pour la première fois la parole sur le plan publicitaire.

De mi-septembre à mi-décembre 2016, la campagne* se compose de 3 annonces destinées à faire connaître les Entreprises du Paysage à tous ceux qui ont un jardin et à tous ceux qui décident de la création ou l’entretien de parcs ou d’espaces verts. 

Le plan media comprend des insertions dans la presse grand public Déco (Côté Ouest, Coté Paris...) mais également généraliste (Le Point, Version Femina), professionnelle (Le Moniteur, De Ville en Ville...) et collectivités (Le Courrier des maires...) ainsi que sur les réseaux sociaux.

* créée avec l’agence Fondamenti

Les Anglais: un ton décalé pour inviter les Français à imiter, pour une fois, les Anglais

.

Pub Unep Les Anglais 2016

Dans cette annonce destinée à la presse grand public, les Entreprises du Paysage invitent les Français à imiter les Anglais[1]. Ce qui, après le Brexit, confère à cette accroche une tonalité inattendue… 

En réalité, l’annonce nous suggère de ne plus faire nous-mêmes notre jardin, mais de le confier à des professionnels du paysage, comme les Anglais dont chacun connaît la beauté et la luxuriance des jardins. De quoi nous faire réfléchir sur nos habitudes.

1. Une étude Ipsos réalisée en 2013 indique en effet que les Français font moins appel à des professionnels, pour créer ou entretenir leurs jardins, que les Européens et en particulier les Anglais.


Deux autres annonces rappellent aux décideurs publics dans les villes et les villages les multiples bienfaits des espaces verts et  jardins publics sur la population.


Les Réseaux sociaux : parce que les espaces verts rassemblent les habitants et créent du lien social !

.

Pub Unep Réseaux Sociaux 2016

La Promenade de Santé : on ne le répétera jamais assez, se promener est bon pour la santé.

.

Pub Unep Promenade Sante 2016

Un jardin public est également un facteur de santé publique comme l’attestent de nombreuses études scientifiques. Quelques m2 d’espaces verts constituent en effet un puits de carbone naturel qui piège le CO2, sans parler des effets apaisants de tout espace vert.