Selon l’INSERM, les risques psychosociaux (RPS) sont des risques professionnels qui mettent en jeu l'intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont un impact sur le fonctionnement des établissements. Le secteur du paysage n’est pas épargné par ces risques : les chantiers, les déplacements, les adaptations aux demandes du client sont autant de facteurs pouvant avoir des effets sur les RPS.

Ces RPS se manifestent de diverses manières mais les plus connues sont le stress, les violences internes à l’entreprise (comme le harcèlement) et les violences externes à l’entreprise à l’encontre d’un salarié. Or, l’article L4121-1 du Code du travail définit l'obligation générale de sécurité qui incombe à l'employeur : « [prendre] les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. » Les RPS doivent donc être intégré dans l’évaluation des risques, au même titre que les autres risques professionnels. Des solutions doivent aussi être proposées dans le Document Unique d’Evaluation des Risques.

Selon l’INRS, les RPS sont souvent imbriqués et s’influencent les uns les autres. Ils peuvent donc être complexes à gérer. Ainsi, un groupe de travail pour le secteur agricole, composé de plusieurs organismes de prévention, a créé un outil pour aider les entreprises de moins de 50 salariés à évaluer les RPS.

Ce travail est public et à la disposition de tous, il est composé d’une fiche de présentation et d’un fichier excel.