Actualités

Nématode du pin : entreprises du paysage, soyez vigilantes

Monochamus Galloprovincialis H26 42

Qu’est-ce que le nématode du pin ?


Le nématode du pin (Bursaphelenchus xylophilus) est un ver microscopique, parasite des résineux, notamment du pin. Il s’attaque aux cellules du bois et provoque un dépérissement et la mort de l’arbre en quelques semaines. Son insecte vecteur principal est un capricorne (Monochamus galloprovincialis) qui transporte les larves du nématode dans son appareil digestif. Il devient porteur du parasite lorsqu’il se développe sur un arbre infecté.

Décelé au Portugal, puis en Espagne en 2008, il constitue une grave menace sanitaire pour l’ensemble des forêts résineuses françaises, aujourd’hui indemnes, notamment les cultures de pin de la région Nouvelle-Aquitaine.

Le nématode du pin est classé en danger sanitaire de catégorie 1. Il fait l’objet d’un plan de surveillance nationale, renforcée par décision européenne en 2017. Des mesures de quarantaine et de désinfection obligatoire des bois ont été prises.


Des risques majeurs d’introduction encore sous-estimés


Outre l’insecte vecteur, le nématode du pin est susceptible d’être introduit en France par plusieurs moyens différents.

  • Des lots d’écorces de pin, en provenance des zones contaminées (Portugal et Espagne), peuvent contenir le parasite vivant ou son insecte vecteur. L’alerte avait été donnée en mars 2018 pour des lots importés en France. Il en va de même pour les broyats utilisés en paillage.
  • Des palettes en bois de pin, assemblées en zone infectée et/ou avec du bois provenant de ces mêmes zones. Un traitement par chauffage est normalement effectué pour détruire le parasite. Il est important de veiller à la traçabilité des palettes, qu’elles soient destinées à un usage paysager ou non. De manière générale, le sciage de résineux en provenance du Portugal peut présenter des risques.
  • Des substrats infectés, utilisés sur des arbres présentant une sensibilité au nématode, peuvent contribuer à propager le parasite.


Pine Trees 837663 1920

Le rôle crucial des entreprises du paysage


Une forte vigilance est requise de la part des entreprises du paysage, à la fois vis-à-vis des arbres sur pied et des produits issus de résineux.

L’origine des approvisionnements en écorces, mulch et BRF doit être pris en compte, en évitant autant que possible les pays infectés. Vérifier la bonne traçabilité des matériaux utilisés est un moyen simple d’éviter l’introduction du parasite, notamment par la vérification du passeport phytosanitaire européen (PEE) des végétaux et produits végétaux utilisés.
Des informations complémentaires peuvent être obtenues en contactant la Draaf régionale.

En cas de constatation de pins dépérissant, notamment s’ils présentent des traces de présence d’insectes xylophages comme le capricorne, le paysagiste doit le signaler. Cette déclaration est faite auprès du service santé des forêts. Elle doit être faite même si l’arbre est isolé en milieu urbain, et même s’il ne s’agit que d’une simple suspicion.
En dehors du milieu forestier, la présence d’un arbre infecté nécessiterait l’abattage de tous résineux (sauf les ifs et les thuyas) dans une zone de 500 mètres de rayon, par une entreprise agréée. Des informations supplémentaires seront communiquées sous peu sur les modalités d’abattage.