Actualités

L'élagage, une activité en forte croissance qui nécessite un niveau de formation exigeant

Entretien Rvb

Paris  – L’Unep – Les Entreprises du Paysage, révèle aujourd’hui les résultats d’une étude réalisée par l’institut BVA sur le secteur de l’élagage. Principal enseignement : 10 ans après la précédente grande enquête de l’Unep, le nombre d’entreprises réalisant des travaux d’élagage est en forte progression (6 736 en 2017 contre 4 500 en 2007, soit une hausse de près de 50 %). Cette progression est portée par une bonne rentabilité : 84 % des entreprises interrogées considèrent l’élagage comme une activité rentable. La profession, qui s’estime majoritairement bien informée sur les normes et les réglementations, est globalement satisfaite des niveaux de formation. Les professionnels du paysage reconnaissent cependant rencontrer des difficultés à recruter du personnel qualifié.


Secteur de l'élagage : les chiffres clés à retenir

Chiffres Clés Élagage

L’élagage : une activité de plus en plus pratiquée par les entreprises du paysage



Le nombre d’entreprises réalisant des travaux d’élagage ou d’abattage des arbres d’ornement a fortement augmenté depuis 2007, passant de 4 500 à 6 736 en 2017 (+ 50 %). Cette augmentation s’est accompagnée d’une diversification des activités : 89% des entreprises d’élagage réalisent aujourd’hui d’autres prestations – entretien et création d’espaces verts notamment – contre 30 % en 2007.


Parallèlement le nombre d’élagueurs-grimpeurs a également progressé sur la période (8 700 contre 7 800 il y a dix ans, dont 88 % sont en CDI).


Le développement de cette activité est porté par sa rentabilité : l’élagage est en effet considéré comme une activité rentable par 84 % des entreprises interrogées qui réalisent leur chiffre d’affaires sur cette activité en majorité auprès des particuliers (51 %) et dans une moindre mesure auprès des administrations publiques (23 %) et des entreprises privées (19 %). Cette rentabilité est à mettre en parallèle avec le niveau d’expertise requis dans ce métier, qui nécessite des formations et des équipements spécifiques, donc des investissements réguliers. Les entreprises du secteur restent majoritairement de petite taille : 67 % d’entre elles réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 150 000 euros et 80 % emploient un ou deux élagueurs, chef d’entreprise compris. Afin de respecter les règles de sécurité qui stipulent qu’un élagueur grimpeur ne peut intervenir seul, les entreprises sont donc amenées à s’associer.

Elagage Ca

Si de plus en plus d’entreprises proposent des prestations d’élagage, elles sont également plus nombreuses à avoir intégré des pratiques favorisant la préservation de l’environnement dans leur gestion des déchets verts (71 % d’entre elles déclarent utiliser leurs rémanents de coupes pour faire du paillage).


Pour lire le communiqué de presse en entier, merci de cliquer ci dessous :